• L'histoire de la base de 1940 à 1946.
  • Création du 350 Sqn en 1941 au sein de la R.A.F.
  • Création du 349 Sqn en 1943 au sein de la R.A.F.
  • Les deux escadrilles rejoignent le 135 Wing à Fassberg.
  • Le 160 (Belgian) Wing est créé au sein du 135 Wing.
  • Retour des deux escadrilles à Beauvechain avec leurs Spitfire MK. XVI. 

 

 

Audeo Aciem4

"Audeo Aciem"

(J'ose engager le combat - Tacite)


HISTORIQUE DE LA BASE.


 

La base Charles Roman de Beauvechain trouve ses origines durant les années 30 au cours desquelles deux terrains sont acquis dans cette partie du Brabant par l'Etat belge en vue de l'établissement de deux plaines d'aviation destinée à l'organisation défensive du pays.

Le premier terrain dit "Terrain n°25 - Hamme-Mille" se trouve dans un espace limité par les villages de Nodebais, Tourinnes-la-Grosse et Beauvechain au Nord, par le quartier de La Baraque au Sud-Ouest, et finalement par le quartier du Culot et le hameau de La Bruyère à l'Est.

Le second terrain dit "Terrain n°21 - Beauvechain" se présente sous la forme d'une large bande de terre qui se situe en bordure du hameau des "Burettes" qui lui se trouve à l'Est du village de Beauvechain.

Il faudra néanmoins attendre le mois de Septembre 1939, lors de la mobilisation pour que les deux terrains soient sommairement aménagés par l'Aéronautique Militaire Belge.

 

1940 

 

- 10 Mai 1940 : Les troupes allemandes envahissent la Belgique.

L'aérodrome de Schaffen est attaqué dès l'aube à 04h30.
Treize Gloster Gladiator du 1/I/2 Aé (*) sur les quatorze en état de vol parviennent à décoller et mettent la cap vers Beauvechain (Les Burettes) tandis que le dernier (G17), touché au sol par le tir d'un Heinkel 111, percute un Hurricane. (H20) Un Gloster (G24) touché au moteur lors de l'attaque est forcé de se poser en campagne.
Les Hurricane du 2/I/2 Aé étant dès lors gênés dans leurs manoeuvres par les deux avions en feu sont quasi tous détruit par la Luftwaffe. Seuls deux Hurricane sur les onze présents parviennent à rejoindre Beauvechain.
A 09h00 tout le personnel du Groupe de Chasse quitte la basse par camion et par le vicinal pour rejoindre le terrain Nr.21 (Les Burettes)

(*) 1ère Escadrille du 1er Groupe du 2ème Régiment d'Aéronautique.


- 11 Mai 1940 : Six Gloster Gladiator décollent en deux groupes des Burettes à partir de 05h30 pour escorter et protéger une formation de neuf "Fairey Battle".

Seuls deux sur les six Gloster engagés regagnent le terrain, les autres ont été soit abattus, soit forcés de se poser en campagne.
A 14h00 une douzaine de Messerschmitt Me109 attaquent le terrain durant près de vingt-cinq minutes. Les sept Gloser et deux Hurricane restant sont détruits.
A 16h00 les deux escadrilles, ou du moins ce qu'il en reste, recoivent l'ordre d'abandonner le terrain.

- 17 Mai 1940 : La Luftwaffe entame son implantation au cœur du Brabant Wallon.

Dès le 17 Mai, la Luftwaffe réquisitionne une partie de la population masculine n'ayant pas encore évacué le grand Beauvechain afin d'entreprendre la réaffectation et l'aménagement des deux champs d'aviation qu'elle destine à deux unités aériennes.
La priorité est donnée au secteur des "Burettes" afin d'y dégager l'aire d'envol des nombreuses épaves de "Gloster" anéantis le 11 Mai.

- 19 Mai 1940 : Arrivée aux "Burettes" de trente-six chasseurs "Messerschmitt Bf 109 E-1" du III./JG26 (*)

Le "Gruppe" (Groupe) est composée de trois "Staffel" (Escadrilles) et est sous le commandement du Major Ernst Freiherr von Berg. Dès le 11 Juin, le commandement du Groupe sera cédé à celui qui deviendra le  célèbre "As" de la chasse allemande : l'Oberstleutnant Adolf Galland qui totalise 3 victoires depuis le 12 Mai.
L'unité est très vite complétée par l'arrivée de la colonne de maintenance et de ravitaillement qui suit l'unité de plaine en plaine.
La plus grande partie du personnel volant et technique s'installe sous tente à proximité des avions camouflés en lisière du bois.
Le III./JG 26 quittera la plaine des "Burettes" le 27 Mai pour se rapprocher du secteur des opérations de Dunkerque où la bataille fait rage jusqu'au 4 Juin.

(*) : IIIème Gruppe du Jagdgeschwader 26.

 

- 27 Mai 1940 : Le III./JG26 quitte Beauvechain pour se rapprocher du secteur des opérations de Dunkerque. 

 

- 28 Mai 1940 : La Belgique capitule.

- 01 Juin 1940 : Deux officiers de l'état-major de la Défense Aérienne du Territoire ayant obtenu l'autorisation du Lieutenant Général Duvivier ont décidé de tenter rejoindre la Grande-Bretagne.
Le Major aviateur Renson et le Capitaine aviateur De Soomer arrivent, non sans peine, à Londres ce 1er Juin. Ils sont les deux premiers aviateurs évadés belges à rejoindre la Grande-Bretagne.

- 10 Juin 1940 : Les autorités belges font savoir via son Ministre de la Défense, le Lieutenant-Général Henri DENIS que les militaires qui tenteront de s'évader seront reconnus comme déserteurs.

- 15 Juin 1940 : Arrivée sur le Terrain N°25 "Hamme-Mille" du Stab II./KG 30 (**) commandé par le Hauptmann Claus Hinkelbein avec ses trois escadrilles (Staffel) équipées de bombardiers Junkers Ju 88 A-1.

La propriété de l'Espinette est réquisitionnée pour loger son Etat-Major et quelques pilotes. C'est le cas également des deux fermes Dewaersegger et Maisin du bout de La Bruyère au lieu-dit "Le Culot".
Le jour même de leur arrivée, sept Junkers Ju 88 décollent pour une mission de bombardement en piqué sur le port de Cherbourg. La mission accomplie la formation regagne sans mal la plaine, qui est désormais dénommée "Le Culot".

(**) IIème Gruppe du Kampfgeschwader 30.


- 18 Juin 1940 : La Campagne de France se termine. Le Stab II./KG30 quitte "Le Culot"


- 08 Juillet 1940 : Arrivée sur la plaine du "Culot" de trois escadrilles (Staffel) de neuf Dornier Do 17 Z-2 et Z-3 chacunes, du Ier Groupe du Kampfgeschwader 3 (I./KG 3)

La flotte est renforcée d'un ou deux Heinkel He 111, tandis que le transport est assuré par quelques Junkers Ju 52 partagés par tout le Geschwader.
En prévision d'action contre l'Angleterre, les quatre Groupes du KG 3 se répartissent en Belgique sur quatres champs d'aviations et aérodromes.
Son Etat-Major (Stab/KG 3) et le 2e Groupe (II./KG 3) sont à Deurnes, le 1er Groupe (I./KG 3) est au Culot, le 3e Groupe (III./KG 3) est à Saint-trond et le 4e Groupe (IV./KG 3) est à Chièvres. 

Le terrain n°25 du "Culot" est désormais exclusivement utilisé tandis que la plaine n°21 des Burettes est temporairement délaissée parce que trop exiguë et sans possibilité d'élargissement.
La plaine du Culot est prolongée sur tout le champs de l'Espinette, les fermes Dewaersegger et Maisin sont définitivement réquisitionnées.
Les bureaux du Commandement des vols, les ateliers et les services techniques sont acheminés par camion et sont cantonnés au Culot de La Bruyère dans des "Wohnwagen" et "Schlafwagen". (Roulottes et wagons-lits)
Les allemands frofitent en effet au mieux des divers avantages que leur offre le site.  De grands axes routiers, un réseau de chemin de fer vicinal, des ressources facilement accessibles via les nombreuses fermes avoisinantes sont autant d'éléments favorables à la décision d'occupation.

 

1941 - 350 Squadron 

 

Dans les premiers mois de la guerre, nos pilotes sont répartis de façon isolée dans les différentes unités de la R.A.F. puis en janvier 1941, un accord est conclu entre les gouvernements belge et britannique : dans la mesure du possible nos pilotes seront regroupés au sein d'unités nationales.
C'est ainsi qu'un premier "flight" belge est constitué en février 1941 au 609 Sqn, un deuxième est formé au 131 Sqn en août 1941, c'est ce dernier qui donnera naissance à la 350ème Escadrille le 12 novembre 1941. Son premier commandant (CO) est anglais : Le S/Ldr J. Thompson.

 

 350 Squadron Badge lowres

L'insigne de la 350ème escadrille, comme tous les insignes d'escadrille de la R.A.F. obéit au même canevas. Il est constitué d'un disque bleu surmonté de la couronne britannique, à l'intérieur duquel se trouve un motif spécifique.

Dans ce cas, il s'agit de la tête d'Ambiorix le Gaulois, leader de la tribu des Eburons ; celle-ci est entourée de la mention :

350 (BELGIAN) SQUADRON - ROYAL AIR FORCE.

Un listel d'or comportant une devise souligne le tout :

BELGAE GALLORUM FORTISSIMI ; célèbre citation de "La Guerre des Gaules" de Jules César : "De tout les peuples de la Gaules, les belges sont les plus braves"

L'insigne a été imaginé par l'aumônier de l'escadrille, le S/Ldr Clément Boone. L'original du dessin, approuvé et signé par le Roi Georges VI est conservé au College of Arms.

Il est à noter que le premier projet fut envoyé au ministère pour approbation le 23 Mai 1944. Il sera accepté par ce dernier dès le 07 Juin, mais sera refusé par la R.A.F. trouvant les cheveux d'Ambiorix beaucoup trop long !
Le dessin sera modifié afin d'être finalement approuvé par le roi Georges VI. 

Voir "Liens - Beauvechain & BAF" pour y trouver un site consacré à la 350ème Escadrille durant la Bataille d'Angleterre, ou cliquez directement ici.

 

1943 - 349 Squadron 

 

La 349ème Escadrille, notre deuxième escadrille nationale, est officiellement créée le 11 janvier 1943 à Ikeja (Nigeria)
Sa constitution administrative remonte à Octobre 1942.

 

349 Squdron badge lowres

L'insigne de cette dernière est approuvé en août 1944 par le Roi George VI. Il a été conçu par le Chester Herald of the Royal College of Herald. Il se différencie de celui de la 350 par le motif utilisé : Deux "Goedendag", masses d'armes dorées posées en sautoir sur un fond blanc entouré d'un cercle bleu ciel portant la désignation de l'escadrille : 349 (BELGIAN) SQUADRON - ROYAL AIR FORCE.

L'idée d'utiliser les "Goedendag" vient du CO du Monceau de Bergendael (*), cette arme ayant été des plus redoutée dans l'histoire de Belgique du moyen-âge.
Le "Goedendag" fût en effet utilisé le 11 Juillet 1302 lors de la bataille de Courtrai (Bataille des éperons d'or), lorsque wallons et flamands se sont alliés à Robert de Béthune (fils de Gui de Dampierre, comte de Flandres) afin d'évincer le Roi de France, Philippe IV.

(*): CO du 349 Sqn du 8 juin 1943 - 22 juillet 1944.

La devise utilisée dans ce cas-ci étant une citation du premier ministre britannique Winston Churchill :
STRIKE HARD - STRIKE HOME  (Frappe Fort - Frappe au coeur)

 

 

1945 

 

- 07 Mai 1945 : La défaite de l'Allemagne est scellée.

 La 350ème se trouve à Fassberg, à une quarantaine de kilomètres de l'Elbe, ligne de démarcation entre les zones russe et britannique. Elle se trouve à ce moment sous le commandement du Squadron Leader H. Walmsley. Elle compte 22 pilotes dont 5 Britanniques.

La 349ème se trouve elle à Varrelbush sous les ordres du Squadron Leader "Cheval" Lallemand. Elle comporte 27 pilotes parmi lesquels 7 Britanniques.
Elles font toutes deux partie de la 2TAF. Cent trente-quatre pilotes belges ont servi dans leurs rangs, trente-quatre ont perdu la vie au combat.

Début 1945, les deux escadrilles belges opèrent avec des avions différents. Ce sont des Spitfire Mk IX pour le 349 Sqn et des Spitfire Mk XIV pour le 350 Sqn.
Le 349 Sqn gardera ses avions jusqu'en Mai 1945 pour être équipé de Spitfire Mk XVI, le 350 Sqn conservera les Mk XIV jusqu'en Novembre 1945, et prendra les Spitfire XVI à cette date.

 

- Juillet 1945 : Nos deux escadrilles sont, pour la première fois de leur existence, réunies au sein d'une même unité, le 123 Wing stationné à Wunsdorf.

 

- Août 1945 : Le 350 Squadron quitte Wunsdorf et s'installe à Fassberg, elle y sera rejointe par le 349 Squadron dès le mois de Novembre.

- 16 Août 1945 : Le Sqn Ldr Remy "Mony" Van Lierde, second pilote ayant abattu le plus de bombes volantes V1 au sein de la R.A.F. (44) prend les commandes du 350 squadron.




 

- Novembre 1945 : Les deux escadrilles rejoignent Fassberg et le 135 Wing, qui se trouve sous le commandement du Group Captain Johnnie Johnson, l'as aux 38 victoires. Le Wing Commander Robert Deacon-Elliott est son flying Wing CO. 

Dès la mi-septembre 1944, la majeure partie du territoire national a été libérée et le 8 septembre déjà, le gouvernement belge de Londres était rentré au pays. Le moment est venu de reconstruire une aviation militaire dégagée de la tutelle de la R.A.F. et le désir est grand de voir les cocardes belges sillonner à nouveau notre ciel. Mais il faut se rendre à l'évidence ; il n'y a en Belgique ni aérodrome suffisamment en état pour accueillir nos avions, ni structure opérationnelle, ni infrastructure logistique, ni le personnel technicien en suffisance pour en assurer la mise en oeuvre

Heureusement, la RAF accepte que nos escadrilles nationales continuent à évoluer sous son commandement et dans son organisation jusque fin 1946. Cette période est mise à profit pour créer une "Commission d'examen pour la réorganisation de l'Aéronautique Militaire belge" ainsi qu'une "Commission des Aérodromes".

Rapidement il apparaît que les seuls aérodromes envisageables sont ceux que la Luftwaffe a construit au cours de la guerre. Tous ont été bombardés au cours de l'année 1944, et requièrent des travaux importants pour accueillir nos escadrilles. Dès septembre 1945, le choix de Beauvechain semble acquis, seuls manquent les moyens financiers pour la remise en état.

 

1946

 

- Début 1946 :  Un contrat de 20 millions de FB est passé avec la "Compagnie des Chemins de Fer et d'Entreprises" pour la remise en état de l'aérodrome de Beauvechain.

 

160 (Belgian) Wing

- Début 1946 : A Fassberg, le Wing belge est officiellement constitué au sein du 135 Wing, sous l'identification 160 (Belgian) Wing.

Le Wing Commander Daniel Le Roy du Vivier est le premier à en prendre le commandement.
Son adjoint le Squadron Leader Léon Prévot en devient le premier OSN (Officier Supérieur Naviguant), il lui succédera dès le mois de juillet.

Les commandants d'escadrille sont les suivants :

  • Le Sqn Ldr A.Van de Velde, est le CO du 349 Sqn depuis le 17 décembre 1945. Il à succédé au Sqn Ldr R.Lallemand. (CO depuis le 1er avril 1945)
  • Le Sqn Ldr Remy Van Lierde, l'as des V1, est aux commandes du 350 Sqn depuis le 16 août 1945.

Les pilotes Britanniques ont quittés l'effectif, qui se porte maintenant à plus de 30 pilotes par escadrille. 

  • Photo 4600-01 : Quelques membres du 135 Wing réuni autour d'un Spitfire XVI du 349 Squadron. (de Gauche à Droite)
Sqn Ldr    R.N.G.     Allen    C.B.E, D.F.C               
Sqn Ldr Remy Van Lierde         D.F.C. CO                 350 Sqn   
Gp Capt H.P. Broad C.B.E, D.F.C    
Wg Cdr Léon Prévot D.F.C OSN              160 (Belgian) Wing   

Spitfire Mk.XVI - Présumé TE191 GE-G "STAD GENT"  - Avion personnel du CO Albert Van de Velde.  

Sqn Ldr   Albert    Van de Velde    D.F.C.    CO   349 Sqn  
Wg Cdr    Robert     Deacon-Elliott O.B.E, C.B, D.F.C.   Wing Leader   135 Wing  
Sqn Ldr  Dennis.C. Usher D.F.C, D.F.M. CO 16 Sqn
*** *** ***     ***

 

- Avril 1946 : Les Spitfire XVI du 160(Belgian)Wing arborent désormais les cocardes nationales.

 

- Juillet 1946 : Des négociations sont entamées avec les autorités britanniques. Elles ont pour objet la fourniture des équipements requis pour la mise sur pied d'une aviation autonome, depuis les avions de combat jusqu'au matériel nécessaire pour équiper les cuisines.
En ce qui concerne les avions de combat, on négocie le rééquipement de nos deux escadrilles de Fassberg, la mise sur pied de deux escadrilles de Chasse de Jour supplémentaires et d'une escadrille de Chasse de Nuit.
Il est à noter que nos deux escadrilles (349 & 350) sont dotées jusque là du Spitfire LF XVI à moteur Packard Merlin 266 (1720 HP). La commande initiale portera sur l'acquisition de 96 Spitfire XIV à moteur Rolls-Royce Griffon (2050 HP) pour équiper 4 escadrilles de 16 avions et garantir une réserve de 32 appareils. S'y ajouterons 22 Mosquitos NF30 pour notre future chasse de nuit.

 

  • Photo 4511-03 : Spitfire XVI TD124 MN-E du 350 Sqn.
    Sur le côté gauche du cockpit, une peinture représentant une cigogne, l'emblème du RAF 345 French Squadron, qui utilisera l'avion jusqu'au 18 Janvier 1946.
    Cet avion sera détruit le 05 Octobre 1946 à Darup, non loin de Münster.
    Lors d'une navigation, le Wg Cdr Léon Prévot subit une panne moteur et est forcé de se poser sur le ventre. Contusionné, mais indemne, il sera soigné à l'Army Hospital de Münster.
  • Photo  4511-06 : Le GE-R (TD184) est un des premiers Spitfires XVI livrés au 349 Sqn en avril 1945.
  • Il fera partie des 27 Spitfire XVI prêtés par la R.A.F. à notre Force Aérienne rennaissante (*) en attendant la livraison des Spitfires XIV.
    (*) La Force Aérienne sera officiellement créée le 24.Octobre.1946.
  • Photos 4511-08 & 4511-09 : Le GE-H (TE119) baptisé "Mady" a été livré à l'escdrille 349 en Mai 1946.
    Il fera partie lui aussi des 27 avions prêtés par la R.A.F.  

 

- Août 1946 : Les autorités du 160(Belgian)Wing confirment que les deux escadrilles 349 & 350 seront de retour en Belgique pour la fin du mois d'octobre.

La 349 réceptionne de son côté trois Spitfire XVI supplémentaires, les TB480 (GE-Y), TE284 (GE-T) et TE444 (GE-P)
A la toute fin du mois, elle recoit des ordre lui indiquant qu'elle doit se rendre à Ghent au début septembre pour un meeting. Les mécaniciens travaillent dès lors d'arache-pied y compris le samedi et dimanche afin de porter le nombre d'avions disponibles de 6 à 14.
Deux exemplaires arboreront une éblouissante livrée argent. Les deux appareils, le GE-D (TD237) et le GE-G (TE191) ont été spécialement décapés et passés au polish pour l'occasion.

 

- 07 & 08 Septembre 1946 :  Première apparition officielle de la 349ème et 350ème escadrille lors d'un meeting aérien organisé par la ville de Gent sur le terrain de Sint Denijs Westrem. Ce meeting est le tout premier en Europe depuis la fin des hostilités.
Un total de 24 Spitfire est ainsi présenté au public belge.
La ville de Gent ayant accepté de parrainer officiellement la 349ème escadrille, l'avion du CO, le Spitfire GE-G est baptisé "Stad Gent".
Le Squadron Leader A.Van de Velde, Gantois lui-même offre une photo du badge du Squadron au bourgmestre de la ville : Monsieur Edward Anseele Jr.

 

  • Photos 4609-07 & 4609-08 : Le CO Raymond "Cheval" Lallemand aux côtés du Cdt Pierre Arend, pilote de démonstration à cette époque, face au Spitfire XVI GE-R TD184 du 349 Sqn baptisé "Suzy".

 

- 15 octobre 1946 : D'un commun accord avec les autorités britanniques, nos escadrilles cessent d'être sous le commandement opérationnel de la Royal Air Force. "L'Aviation militaire belge - Belgisch militair vliegwezen" est crée.

 

 

24 Oct 1946 : Le retour

 

- 24 octobre 1946 : Les deux Squadrons ; 349 et 350 quittent Fassberg, et font mouvement vers Beauvechain (Le Culot).

Avant de rejoindre l'aérodrome, les avions atterrissent à Evere où a lieu une cérémonie officielle d'accueil présidée par le Ministre de la Défense Nationale : le Lieutenant Colonel B.E.M. Raoul de Fraiteur, en la présence des autorités alliées présentes en Belgique.
Cette cérémonie marque la renaissance de notre Aviation Militaire indépendante. 

 

- 24 octobre 1946 après midi : Un grondement de moteur envahit soudain le ciel de Beauvechain, rompant la quiétude champêtre de cette calme journée d'automne : vingt-deux Spitfires arborant les cocardes belges au capot d'hélice bleu (349 - Squadron code GE) et rouge (350 - Squadron code MN) survolent l'aérodrome assoupi depuis la fin de la guerre, puis un à un se posent. (*)

 

(*) Il est à noter que pour se différencier l'une de l'autre, les deux escadrilles adoptent chacune leur propre couleur; cela sera le bleu pour la 349 et le rouge pour la 350La 350 modifiera sont écusson en conséquence, en remplaçant le bleu typique utilisé sur tous les insignes propres à la Royal Air Force par un rouge éclatant.

L'aviation militaire belge est née, la "349" et la "350" en sont les deux piliers.
Ce coin du Brabant va durant les cinquante prochaines années être le repaire des fidèles du Goedendag et d'Ambiorix.

 

 

                     

350 02349 02

 

     La suite : 1Wing : 1946 - 1949    

 

1896833 (26)

Currently are 5 guests and no members online

Kubik-Rubik Joomla! Extensions